Cette pétition semble terminée, vous pouvez toujours la signer pour montrer votre support.

LETTRE OUVERTE DE CONSEILDEAD AUX PRÉSIDENTS DE PARTIS

LETTRE OUVERTE DE CONSEILDEAD AUX PRÉSIDENTS DE PARTIS

Mesdames,
Messieurs,

À l'approche des élections et des prises de parole publiques de la campagne, nous tenons à vous interroger sur la place que vous prévoyez d'accorder, durant la prochaine législature, à la création artistique. Autant le dire clairement : nous avons constaté, depuis quelques temps, que son importance et sa nécessité étaient manifestement méconnues – méconnaissance, d’une part, des potentialités économiques qu’elle représente ; méconnaissance, d’autre part, du rôle éclairant qu’elle peut et doit tenir dans la période d'instabilité et de trouble que nous traversons.

Notre secteur est particulièrement inquiet pour son avenir. Depuis plusieurs années déjà, il est la cible, de la part de l’ONEM, d'une suspicion permanente et organisée. À ce titre, la réforme d'accès et de maintien des allocations de chômage, récemment annoncée, semble participer, une fois de plus, de la précarisation de notre profession et empêcher, notamment, un nombre considérable de jeunes travailleurs, représentant l'avenir de notre secteur, formés dans nos écoles, d'exercer la profession à laquelle ils se destinent et à laquelle on les a destinés. À nos yeux, cette forme de licenciement par anticipation est tout à fait inacceptable. L'ostracisme mis en place par l'ONEM et dont sont victimes des professionnels désireux d'exercer leur métier dans un cadre légal l'est tout autant.

Au même titre que tous les autres citoyens, les artistes sont des acteurs à part entière de la vie économique, travaillant et cotisant comme tous les travailleurs. Si la spécificité de ce travail les amène souvent à œuvrer par intermittence ou via des contrats à durée déterminée, ils ne sont en aucune manière « des profiteurs du système », comme une certaine démagogie voudrait le laisser croire, mais bien des créateurs de richesse, intellectuelle, sociale et économique. Nous nous adressons à vous aujourd’hui parce que nous croyons encore à la Chose Publique. Nous refusons d'accepter l'idée que le mécénat ou les différents types de financement privé (dont ceux dits « participatifs ») soient pour nous des alternatives crédibles. L'Art est affaire de tous ; la Culture est le ciment d'une société. Ils figurent parmi les éléments fondamentaux de la démocratie. Nous n’acceptons pas que leurs rôles soient à ce point mésestimés. Un monde sans création, sans culture, sans appétence intellectuelle et artistique, uniquement replié sur sa simple subsistance, rejoindrait tendanciellement celui d’un élevage industriel de porcs ou de poulets de batterie. Qu’on nous pardonne la violence de cette formulation : elle traduit la nécessité de notre engagement et de notre prise de parole.

Si le budget général de la Culture a certes augmenté lors de la présente législature, les budgets dévolus à la création artistique, c’est à dire aux artistes eux-mêmes, sont en chute libre, en raison, notamment, de leurs amputations répétées et de leur non-indexation – non indexation qui, rappelons-le, perdure depuis plusieurs années, parfois depuis plus de dix ans, sans aucune justification valable. Les budgets artistiques des lieux de création sont devenus de simples variables d'ajustement. Si cette politique se poursuivait, nous en arriverions bientôt à une situation paradoxale : des institutions se trouvant bon an mal an en ordre de marche, mais sans artistes ! Il ne s'agit là que d'un calcul prévisionnel mais il indique clairement l'absurdité et l'impasse de la tendance actuelle.
Dans ce contexte, l’indépendance des créateurs n’est pas un mot vain : pour garantir la diversité de l’offre artistique et son renouvellement, artistes et institutions se doivent de travailler ensemble dans une relation de partenariat et de confiance réciproque, et non dans une relation de dépendance et de soumission.

L'an dernier, Madame Fadila Laanan s'est heurtée à l’opposition de tout notre secteur lorsqu'elle a voulu réduire de moitié les enveloppes consacrées aux aides ponctuelles à la création, celles qui touchent précisément à l'indépendance des créateurs. Au vu des réactions suscitées, et au tollé provoqué par une telle mesure, bien au-delà du seul secteur culturel (rappelons tout de même que les pétitions qui ont été signées à cette occasion avaient récolté plus de 17 000 signatures en quelques semaines), la ministre avait fait machine arrière. Cette affaire avait même eu quelques conséquences positives : ouverture d'un début de dialogue avec le cabinet, union des différents secteurs (théâtre, musique, danse, performance, jeune public...) et surtout prise de conscience par les principaux intéressés du danger qui menaçait la création artistique dans  son ensemble. 

Depuis lors, notre vigilance et notre capacité de mobilisation n'ont pas faibli, bien au contraire. On pourrait qualifier, sans risque d’exagération, l’ambiance, à l’intérieur de nos professions, d’électrique et même d’explosive.

C'est pourquoi nous vous posons les questions suivantes, au nom de tout un secteur qui, pour habitué qu'il soit à vivre au jour le jour, voudrait tout de même avoir une petite idée de "la sauce à laquelle il va être mangé"  :

- Comptez-vous enfin pérenniser les budgets d'aide à la création pour les faire accéder au rang des « dépenses obligatoires » et les faire quitter celui des dépenses « facultatives » ?
- Comptez-vous enfin ré-indexer sur le coût de la vie ces enveloppes, mais aussi celles des budgets artistiques des structures de création, afin d'enrayer leur diminution d'année en année ?
- Comptez-vous enfin oeuvrer à une harmonisation des politiques gouvernementales concernant le statut des bénéficiaires d'allocations de chômage, garantissant une stabilité financière nécessaire au travail de création, et l'arrêt de cette politique de suspicion, voire de harcèlement, de la part de l'ONEM ?

En dehors de ces mesures d'urgence, une réflexion de fond doit être menée, en vue de réformer le fonctionnement du secteur dans son ensemble, et ceci en partenariat avec toutes ses composantes. De nouveaux Etats Généraux de la Culture sont absolument incontournables, et ce dès l'entrée en fonction de nos futurs représentants. En outre, nous le ré-affirmons : la création artistique en Fédération Wallonie-Bruxelles ne pourra pas subsister plus longtemps sans un refinancement conséquent de son budget.

Mesdames et Messieurs les présidents de partis, notre désir, celui des artistes créateurs, est d'entamer avec vous un dialogue dans un esprit ouvert, et dans une vraie volonté de nous battre à vos côtés, pour que soit reconnue à sa juste valeur la place de l'Art et de la Culture dans notre Fédération. La situation actuelle est proprement intenable, c’est pourquoi nous vous demandons de ne pas sous-estimer nos revendications. Sans une augmentation rapide des budgets dédiés à la création artistiques, nous perdrons, durant la prochaine législature, Mesdames et Messieurs, l'une des richesses de notre Fédération.

Mesdames et Messieurs les présidents de partis, ces constats et questions doivent être pleinement considérés à l'occasion du scrutin à venir. Elles sont incontournables pour bon nombre d'électeurs, qu'ils soient eux-mêmes créateurs ou spectateurs, lecteurs, auditeurs, citoyens légitimement en demande d'art et de culture au cœur de la Cité.

Nous attendons de vous entendre.


Conseildead
(Stéphane Arcas, Cécile Chèvre, Antoine Laubin, Denis Laujol, Nicolas Luçon, Claude Schmitz, Vincent Sornaga, Arnaud Timmermans)

https://www.facebook.com/groups/438998186159749/

http://www.conseildead.be


Facebook   Twitter   Google +   Reddit   Email

Signer la petition

Dernières Signatures

  • il y a 188 days ago : ******** Jérémie de Bruxelles BE
  • il y a 188 days ago : ******** philippe de Gembloux BE
  • il y a 215 days ago : ******** Réginald de 1180 Bruxelles BE
  • il y a 217 days ago : ******** Claire de CHANTILLY FR
  • il y a 218 days ago : ******** Emilie de Waterloo BE
  • il y a 218 days ago : ******** maria e de saint-gilles BE
  • il y a 218 days ago : ******** Etienne de Saint-Gilles BE
  • il y a 218 days ago : ******** Fabian de Bornival BE
  • il y a 218 days ago : ******** Amaury de 1050 - Bruxelles BE
  • il y a 218 days ago : ******** François de Saint-Gilles BE
  • il y a 219 days ago : ******** Thomas de Bruxelles BE
  • il y a 219 days ago : ******** Lucille de Bruxelles AF
  • il y a 219 days ago : ******** Emmanuel de Bruxelles BE
  • il y a 219 days ago : ******** Delphine de Uccle BE
  • il y a 219 days ago : ******** Thierry de Schaerbeek BE
  • il y a 219 days ago : ******** Valéry de Court-Saint-Etienne BE
  • il y a 219 days ago : ******** Claire de Bruxelles BE
  • il y a 219 days ago : ******** karine de bruxelle BE
  • il y a 219 days ago : ******** Diane de Bruxelles AF
  • il y a 219 days ago : ******** Marianne de Bruxelles BE
  • il y a 219 days ago : ******** Emilie de Bruxelles BE
  • il y a 219 days ago : ******** Olivia de Bruxelles BE
  • il y a 220 days ago : ******** Lara de Bruxelles BE
  • il y a 220 days ago : ******** Guy de Uccle BE
  • il y a 220 days ago : ******** Francoise de 4020 BE